BLOG
Let's read some news

LES 5 ACTUS QU’IL NE FALLAIT PAS MANQUER CETTE SEMAINE – SEMAINE #15

  • 21 avril 2017

bannière-spoke

SEMAINE #15 : DU 17 AU 23 AVRIL

 

Nos incroyables talents !

Machines, machines, machines. Alors que tout le monde a ce mot à la bouche, cette semaine, Quartz décide de prendre un virage. Et non, la quatrième révolution industrielle ne sera pas celle des machines, mais bien celle de la créativité ! Alors que les précédentes ont valu à nos aïeux tantôt un travail harassant, tantôt un temps de travail allongé, l’ère des machines inaugure le temps du bien-être et de la créativité. Car il s’agit de se focaliser sur ce qui nous différencie radicalement de la machine, et qui mérite d’être cultivé : le talent.
Pour cela, Quartz passe en revue les tentatives d’amélioration de la vie au travail : l’open-space ? Il peut être un facteur de stress. Les espaces « fun » dignes des GAFAs ? Ils ne rendent pas toujours plus heureux. En définitive, la clé de voûte est de repenser notre santé au travail, qui constitue le socle d’un esprit créatif. Au point d’être, nous dit-il, le prochain facteur majeur de croissance et de production. C’est rassurant !

 

Musclor…

On soupçonnait Zuckie de nous sortir prochainement le grand jeu en matière de réalité virtuelle, et on a eu raison. À l’occasion de sa conférence pour les développeurs, le maître du monde… heu, pardon, le patron de Facebook a révélé le tournant (à 380°) qu’allait prendre son réseau social. Sans parler de son ambition : brouiller définitivement le virtuel et le réel.
Facebook lance une plateforme de réalité virtuelle où il sera possible de travailler ou de jouer de manière interactive, et même un espace social dédié aux lunettes de VR Oculus. Avec ce dernier, vous pourrez être immergé dans un jeu avec vos amis – qui verront l’avatar que vous vous serez créé – ou partager des vidéos par exemple. Hum… Ce n’est pas Zuckie qui parlait dernièrement, dans un texte aux accents messianiques, de l’avènement d’une « communauté mondiale » ? Une chose est sûre, si tout le monde a un casque vissé sur la tête, ça va être compliqué de la constituer…

strong

 

Et si Twitter appartenait à ses utilisateurs ?

C’est l’éventualité envisagée par ses actionnaires… et qui a fuité cette semaine. Depuis 2006, et malgré des millions de Twittos, la plateforme n’a jamais engrangé un centime de bénéfice. Au point où Verizon, Disney et autres étaient en lice pour la racheter en septembre dernier, avant d’abandonner. Étonnant, n’est-ce pas ? Alors que Twitter devient un outil majeur d’information pour de plus en plus de gens, que ce qui y circule est régulièrement repris par la presse…
Tout le monde boude à le racheter. En septembre déjà, les Twittos lançaient un hashtag « #WeAreTwitter » pour tenter de sauver le réseau, au moment où il était privé de généreux acheteur. Apparemment, ils ont été écoutés… Cette semaine est mise sur la table la proposition de transformer Twitter en coopérative. Après le buzz le Mastodon, la version open-source du petit oiseau bleu, c’est au tour de Twitter de jouer les as du participatif… Enfin, pas si vite. Il parait que les patrons ne seraient pas chauds du tout !

strong

 

Sous le même toit

Décidément, les intelligences artificielles se mêlent de tout. Cette semaine, des scientifiques et des chercheurs de l’Université de Californie ont conçu un algorithme capable de détecter en temps réel les moments de dispute dans un couple. Comment ? C’est simple : grâce à des capteurs, bracelets électroniques et smartphones, l’algorithme a pu mesurer le rythme cardiaque, la réaction épidermique et même le discours d’une quarantaine de couples, pour identifier LE moment où tout se met à valser.
Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a eu du flair : 79% des conclusions de l’algorithme ont été avérées. La prochaine étape pour les chercheurs ? Concevoir un algorithme prédictif de disputes. Une sorte de coach mobile de nos relations, qui nous invite à prendre du recul en temps réel. Imaginez ; votre cœur commence à battre de plus en plus vite, et l’IA vous stoppe net avec ce message affiché : « vous allez vous disputer, continuer ? » et là, vous pourrez cliquer sur « oui » ou « non »…

 

5 minutes pour se rétracter

Combien de « ooooh m**ce » ont été prononcés dans le monde à l’issue d’un envoi de SMS trop précipité ? C’est pourquoi cette semaine, on vote WhatsApp. L’appli de messagerie instantanée décide de tester une fonctionnalité qui en aurait sauvé plus d’un : pouvoir effacer un message après l’avoir envoyé. Car le pire sur les réseaux sociaux, ce n’est pas tant l’anonymat… Mais bien le fait que tout reste de manière irréversible. Une fois le message composé, que ce soit par SMS, sur Messenger ou n’importe quel chat, votre destinataire en a la preuve éternelle.
Si bien qu’on se demande pourquoi les géants de la tech n’ont pas pensé plus tôt à remédier au problème. Après tout, dans la vie réelle, une fois un mot prononcé, on peut toujours faire comme si de rien n’était… Mais quant à WhatsApp, l’appli ne peut pas non plus faire des miracles. Vous ne pourrez supprimer votre message qu’au terme du délai de rétractation de 5 minutes. Autrement dit, gare à ceux qui ont l’habitude de « textoter » un peu éméché, vous n’avez que 5 minutes pour avoir les idées claires…

strong

 

Si vous voulez être le geek le plus cool ce week-end, sachez que…